Mannequin Challenge au SESSAD Poc y Mes 1

0 Comment

L’idée est venue d’Alexandre qui a fait cette expérience au Collège.

Au départ l’adhésion des copains était mitigée et puis…

Nous avons démarré par l’écriture du scénario, le choix de la musique, et  la représentation des scènes dans la bonne humeur. Chacun a pu amener son idée et sa touche personnelle.

Un travail en commun riche, étonnant, et amusant.

A chaque tournage des surprises, des modifications, des personnalisations …tout en restant immobile !

Merci à Christopher pour sa participation.

Un très bon moment partagé.

Dans ce travail nous avons abordé :

  • L’expression spontanée, l’imagination et passer de la représentation à la concrétisation d’une idée.
  • Faire des choix et accepter que « son idée » ne soit pas retenue : de l’individuel au collectif.
  • Accepter une organisation, un rythme, une cadence, un ordre…. « savoir attendre ».
  • Mettre en commun, écouter l’autre, restituer, comprendre…
  • Travailler autour de la généralisation dans les différents lieux de vie.

Une belle expérience dans la bonne humeur !

Quelques mots des jeunes :

« Ca était un moment génial et j’ai bien aimé. La scène que j’ai aimé est de voir Thomas en tutu dans les toilettes et quand j’étais en hacker. » Alexandre

« Bien mais il s’agit de la musique officielle et non pas celle convenue, c-a-d ; la version classique.

 Drôle : Le moment où je torture Daniel psychoblabla dérisoire. Pour me venger, ma vengeance sera terrible !! ET elle ne fais que commencer. » Noah

« Le moment que j’ai aimer le plus c’était la fin et j’ai adoré mes propre scène. » Dorian L.

«  Cété koule, je me sui bi1 amuzé dan se manekin chalinje. É le bétizié été koul. J’ador Toma ki rèst koinsé dan le plakar ou ki sor d wc. Jénial. C’é bi1 ! » Dorian C.

 

Danielle FERRANDO, psychologue

Axelle ORSOLINI, Thomas DURAND, éducateurs spécialisés

Journée TEDDIP’Europe – Reportage ViàOccitanie

0 Comment

TEDDIP : un projet européen autour des jeunes atteints des syndromes TED et DIP

Comment mieux apprendre autour de personnes déficientes mentales ? Comment gérer les comportements de ces jeunes  ?

L’IME Al-Casal du Soler (66) s’est lancé dans un grand projet européen: réaliser un échange entre jeunes autistes dans 4 pays pour comprendre comment nos voisins faisaient face à cette maladie. Dans les Pyrénées Orientales, vendredi 13 octobre, c’était jour de fête à L’IME Al-Casal du Soler. L’établissement qui accompagne de jeunes souffrant d’autisme et de déficience mentale a présenté son projet européen : TEDDIP’Europe, mis en place en janvier 2016, qui s’achève cette année. « Le projet est novateur. Il met en relation le République-Tchèque, l’Italie, l’Espagne et la France pour échanger autour de nos pratiques professionnelles », s’écrit Myriam Wagner, psychologue à l’IME Al-Casal.

Et cette expérience unique en France n’a été que positive pour ces jeunes. « La barrière de la langue n’a pas été une épreuve pour eux. On remarque qu’ils ont pu communiquer autrement, et ils étaient heureux de se retrouver », poursuit la psychologue de l’établissement.

Alors tout au long de ces échanges, des vidéos ont été réalisées. On voit les adolescents faire la cuisine, aller à la piscine, étudier, manger… et surtout on les voit accompagnés de personnels soignants. « Ces videos permettent d’analyser les bonnes pratiques, ce qu’il faut faire ou ce qu’il ne faut pas faire », commente Nathalie Maurel, directrice de l’IME Al-Casal.

Pendant ces deux ans, près de 300 jeunes TEDDIP et 50 éducateurs ont participé à ce projet financé par l’agence européenne.

TED: Troubles Envahissants du Développement

DIP: Déficients Intellectuels Profonds

Julie D’HARLINGUE, ViàOccitanie

Exposition médiathèque

0 Comment

affiche expoDu 20 au 25 juin 2016, le travail de 4 jeunes du SESSAD Poc y Mes – Ismaël, Alexia, Brandon et Noémie – a pu être exposé et montré à la Médiathèque de PRADES.

Le livre d’or mis à disposition montre l’intérêt suscité pour cette exposition.

C’est l’aboutissement de séances hebdomadaires d’une heure trente autour de l’ouverture culturelle et de son appropriation : visite du musée de CERET, créations sur la thématique de la peinture et de différents courants, puis atelier photos et construction d’un stop-motion.

Cette exposition et ce travail poursuivis d’Octobre à Juin n’a pu se faire que grâce à l’implication des deux éducatrices, Christelle PATRICIO et Marie-Claude BORDEROLLE, mais aussi avec l’aimable participation de Mr et Mme LAFFOURCADE.

Les enseignants sont venus voir ce travail, les assistantes familiales, les familles et fratries.

C’est valorisant de pouvoir ainsi mettre en avant des compétences non scolaires mais méritant respect et admiration.

BRAVO pour ce bon travail…

Marie BORDAS, Chef de service

L’HISTOIRE DE DEUX FAMILLES…

JE MARCHE OU JE GLISSE ?

LE STOP-MOTION, C’EST QUOI ?

 

velit, mi, diam consequat. Lorem venenatis, fringilla at